Thursday, December 1, 2016

Article in French, Spanish,English about Christina Moreira, ARCWP


A few words about the author


Women and Catholic priest, flesh and soul
Christina Moreira, a French woman who lives in Spain, exercises his ministry in a small community base making his pastoral care, a position that has been entrusted by the community assembly.
 In March 2015, she was ordained priest by Bishop Bridget Mary Meehan, in Sarasota, Florida ( USA -. At that time, Christina lived in South America). Her ordination was made possible by the movement of Roman Catholic Women Priests (ARCWP- RCWP), to which she belongs. (Http://romancatholicwomenpriests.org/NEWhistory.htm ).

Women and Catholic priest, flesh and soul
The Pope has just ratified, for the third time in his pontificate, never, never, ever, be Catholic women priests because John Paul II has decided so. That makes me pinch to check if they really exist, I, woman and priest, flesh and blood, endowed with a soul, created in the image of God;ordered according to the Roman rite and in apostolic succession.
Check it clear I know the canons (canon law of the Church) concerning my gender, penalizing not so much the management but the fact that I'm a woman and ordered: is my femininity and nothing else what I carries the most severe sanctions. And I am aware that some consider it a lack at least comparable to the worst abuses committed against children. I took for myself freedom to disobey an unjust rule, and rather obey God rather than men; in short, to fulfill, while humanly can, my mandate apostle.
When the calling its way, finally, in my mind, it begins a long process, where the head and body pretend not to understand, and heart panics. But I realize that the word impossible does not exist in God's lexicon. So I set out to obey this call, what other women are already doing since 2002. It is and became part of a community of Catholic women priests Roman, deaconess and women bishops, a movement that wants dynamic and search from now, a new model of Church.
Two sisters associations, ARCWP (Association of Women Priests Roman Catholic, Asociation of Roman Catholic Women Priests ) [1] , and RCWP (Women Priests Roman Catholic, Roman Catholic Women Priests ), enable ordinations and welcome these circles of women who rely each other, reflect and pray together. In this dynamic of faith and community, they rewire the Church, which is not tomorrow but rather today, as we are already more than 200. So, how come we do not see?Actually, we are equally present in the social networks in the pastoral field, sharing with living communities, and especially near-the most excluded-as.
We proclaim loud and clear, that we love our church and we hope to stay in it [2] , but we are also aware that the old mold can not easily accept us. In fact, many know that the vow of celibacy imposed brave men for centuries (not as many as they always thought), it will not last.Indiscriminate imposition has been a source of suffering and anti-Christian testimony. It would have been easier for everyone, in good conscience, would choose a way of life, discerning about its provisions and means.
In our movement, freedom is fundamental; there is no real offering of life without the commitment or valid exercise of freedom. The freedom to love is paramount and we must preserve it. Thus, we have the opportunity to get married, before or after ordination. We took a while to build, in joy and hope, a community of equal, democratic movement and functionality that takes shape while our communities are consolidated around these same values. Gradually, we erasing the language, mentality and material reality, the clergy-laity division. For us, it comes forward, here and now, to a diverse and vital ministeriality, where everyone can put their charisms at the service of others and their own fulfillment. The task is vast and difficult as the old structures refuse to die; but cultural pluralities, language and symbolic codes, often forcing us to put us to discuss, to doubt and, sometimes, to start all over again.
My vocation, as I live, does not require me to cut ties but create them. The family is for me the place par excellence, the natural place of the meeting of the divine and the human. It was never a matter of giving up having a family. And I could not cut it with my human ancestral ties that weave my story; cut would not know of the earth, of the living, which is also the environment in which God manifests. Why break ties rather than build them?
The same vocation requires me to give, or rather, to share life, and life is what we live; It is the result of a birth. In the homily of my priestly ordination, the Bishop evoking our role of midwives of the Spirit. I recognize myself in this task of bringing to light, in the concrete and matter, the Spirit, the Blessed Ruah, divine breath inhabits everything and everyone, and all-or-o baptized.
We polarize every sense of the sacred in the priests and you still need to say? this makes them power and men of power. All pyramidal scale of the ordained within the Roman Catholic Church is a sign of this perversion of the sense of power. I think the vertical power does not take place within a community of brothers and sisters, it is a power that subjects the other, and each other. It is a power that overrides the power of love, the only power that I want to do my source of meaning for a search that is the only vital impulse that really gives value to my life baptized. Or it is not present this ardent pursuit in the heart of every human being, more so in the heart of every disciple and follower of Christ, that each person is baptized?
And that's where I will look, that's my job, awaken the spirit sleeping in my brothers and sisters.Awakening the Divine Breath in all Creation because everywhere I look. It is the reason of my life.Like Mary of Nazareth, "the first to be set off," my model invites me to return to the divine milieu is the family of God incarnate in the flesh, in all meat, whatever the path taken by the I love these meats. Love is love, in all its various forms, is the same, born of the Great Fountain of Love.
Community, understood as increased family and radically inclusive and welcoming place par excellence where you share the Bread and the Word, is a new ecclesiology put in work and in our movement. We should all be concerned about the poverty of the responses to the call to serve in the Lord's Table, who collectively call us. My ministry is part of the walk-family community. Without it, my call has no reason for being.
Hence total availability, openness to life and the Spirit, listening and constant attention to the signs, especially those suffering follows. Availability for surprises, which divert and desacomodan, as did Myriam of Magdala. Availability to call healing, healing of mind and body, the social and family body.
With the help of God and the people of his home, my community. Amen.
Christina Moreira - galilea.luz@gmail.com
Spanish translation: Vicente Valenzuela
Blog (in Spanish) where public homilies designed, in principle, to my community in Spain and my friends from South America: https://lashomiliasdeluz.wordpress.com/
http://alpha.comitedelajupe.fr/?q=content/femme-et-pr%C3%AAtre-catholique-chair-et-%C3%A2me


Femme et prêtre catholique, chair et âme

Christina MOREIRA
28/11/2016
Christina Moreira, une Française qui vit en Espagne, exerce son ministère dans une petite communauté de base dont elle a la charge pastorale, charge qui lui a été confiée par la communauté assemblée. Elle a été ordonnée prêtre par l'évêque Bridget Mary Meehan, à Sarasota, Floride (USA – elle habitait alors en Amérique du Sud), en mars 2015. Cette ordination a été rendue possible grâce au mouvement des Femmes Prêtres Catholiques Romaines (ARCWP-RCWP) auquel elle appartient (http://romancatholicwomenpriests.org/NEWhistory.htm).
Femme et prêtre catholique, chair et âme
Le pape vient, pour la troisième fois en son pontificat, de ratifier que jamais, au grand jamais, il n’y aura de prêtres catholiques femmes parce que saint Jean-Paul II en a décidé ainsi. Je me pince vite fait et je vérifie que j’existe, femme et prêtre, en chair et en os, pourvue d’une âme, créée à l’image de Dieu, ordonnée selon le rite romain et dans la lignée apostolique.
Je précise d’emblée que je connais les canons concernant mon genre, ceux qui sanctionnent non pas l’ordination mais le fait que je sois femme et ordonnée : c’est ma féminité et pas autre chose qui me voue à la plus grave des sanctions. Et je n’ignore pas que d’aucuns voient là une faute au moins égale aux pires infamies commises sur des enfants. J’ai pris sur moi de désobéir à une règle injuste, d’obéir plutôt à Dieu qu’aux hommes, en somme d’accomplir autant que faire se pourra mon mandat d’apôtre.
Lorsque la vocation se fait finalement jour dans mon esprit, un long processus s’enclenche, où la tête et le corps font mine de ne pas comprendre, et le cœur s’affole. Mais je réalise que le mot impossible n’existe pas dans le lexique divin. Je m’organise alors pour obéir à cet appel, ce que d’autres femmes font depuis 2002. Je fais donc partie d’une communauté de femmes prêtres catholiques romaines, de diacres et évêques, un mouvement qui se veut dynamique et à la recherche, d’ores et déjà, d’un nouveau modèle d’Église.
Deux associations sœurs, ARCWP (Association of Roman Catholic Women Priests1) et RCWP (Roman Catholic Women Priests) assurent les ordinations et hébergent ces cercles de femmes qui s’épaulent, réfléchissent et prient ensemble, refont déjà l’Église qui n’est plus celle de demain mais bien celle d’aujourd’hui car nous sommes déjà plus de 200. Comment se fait-il que l’on ne nous voie pas ? Nous sommes présentes sur les réseaux sociaux mais également sur le terrain, auprès de communautés bien vivantes, et surtout, auprès des plus exclu-e-s.
Si nous proclamons haut et fort que nous aimons notre Église et comptons bien y rester2, nous n’en sommes pas moins conscientes que le vieux moule ne saurait nous accueillir sans aménagements. En effet, beaucoup savent que le vœu de célibat imposé aux valeureux mâles depuis des siècles (pas depuis toujours comme on le croit) ne durera pas. Son imposition indiscriminée a été source de souffrance et d’anti-témoignage chrétien. Il aurait été plus simple d’en faire une option de vie que chacun décide en conscience, en prenant ses dispositions et les moyens.
Dans notre mouvance, la liberté fait partie des essentiels ; pas de vraie offrande de vie ni d’engagement valide sans liberté. La liberté d’aimer est primordiale et nous la préservons. Nous avons donc la possibilité de nous marier, avant et après l’ordination. Nous prenons le temps de construire, dans la joie et l’espoir, une communauté d’égales au fonctionnement circulaire et démocratique qui prend forme en même temps que nos communautés se construisent autour des mêmes valeurs. Peu à peu, nous effaçons dans les mots, dans les mentalités et la réalité matérielle le clivage clerc-laïque. Il s’agit pour nous d’avancer, ici et maintenant, vers une ministérialité diverse et vitale, où chaque personne peut mettre ses charismes au service des autres et de son propre épanouissement. Le chantier est vaste et difficile car les vieilles structures ont la vie dure, et la pluralité des cultures, des langues, des codes symboliques nous oblige souvent à nous remettre en question, à douter et tout recommencer, parfois.
Ma vocation, telle que je la vis, ne me demande pas de couper du lien mais d’en tisser. La famille est pour moi le lieu par excellence, le lieu naturel de la rencontre du divin et de l’humain. Il n’a jamais été question d’y renoncer. De même que je ne saurais me couper de mes liens ancestraux humains, qui tissent mon histoire, je ne saurais me couper de la terre, du vivant, qui est également le milieu où Dieu se manifeste. Pourquoi briser du lien au lieu d’en construire ?
Cette même vocation m’enjoint de donner, ou plutôt, de partager la Vie et la vie est ce qui se vit, ce dont on accouche. Lors de mon ordination presbytérale, l’évêque évoquait notre rôle d’accoucheuses de l’Esprit. Je me reconnais dans cette tâche de faire venir à la lumière, dans le concret et la matière, l’Esprit qui habite toute chose et toute personne, et tout-e baptisé-e.
Nous polarisons tout le sens du sacré et, faut-il le dire, nous en faisons du pouvoir, en ces personnes que sont les prêtres. Toute l’échelle pyramidale des personnes ordonnées au sein de l’Église catholique romaine témoigne bien de cette perversion du sens en pouvoir. Je pense que le pouvoir vertical n’a pas sa place au sein d’une communauté de frères et sœurs, c’est un pouvoir qui soumet l’autre. Et c’est un pouvoir qui annule la puissance de l’Amour, la seule dont je désire faire ma source de sens, pour une quête qui est le seul élan vital qui vaut quelque chose dans ma vie de baptisée. Or n’est-elle pas présente, cette quête, n’est-elle pas brûlante au cœur de chaque humain, a fortiori au cœur de chaque disciple du Christ qu’est un ou une baptisée ?
Et c’est là que je vais la chercher, c’est mon travail, réveiller l’Esprit qui sommeille en mes frères et sœurs. Réveiller l’Haleine divine en toute la création car je la cherche partout. C’est ma raison de vivre. Comme Marie de Nazareth, “la première en chemin”, mon modèle m’invite à un retour au milieu divin qu’est la famille de Dieu incarné, présent dans la chair, toutes les chairs, quel que soit le chemin que prend l’amour dans ces chairs. L’amour est amour, sous toutes les formes diverses, mais c’est le même, issu de la Grande Source d’amour
La communauté comme famille agrandie, et radicalement inclusive et accueillante, lieu du partage du Pain et de la Parole par excellence : une nouvelle ecclésiologie déjà à l’œuvre dans notre mouvement. Nous devrions tous être inquiets de la pauvreté des réponses à l’appel à servir la Table du Seigneur qui nous est adressé collectivement. Mon ministère s’inscrit dans la démarche de la communauté famille, sans elle il n’a aucun lieu d’être.
D’où disponibilité totale, ouverture à la vie et à l’Esprit, écoute constante et attention aux signes, surtout à ceux de la souffrance. Disponibilité pour les surprises, ce qui déroute et dérange, comme Myriam de Magdala. Disponibilité pour appeler la guérison de l’esprit et du corps, du corps social et familial.
Christina Moreira – galilea.luz@gmail.com
Blog (en espagnol) où je publie des homélies destinées en principe à ma communauté en Espagne et à mes ami-e-s d’Amérique du Sud : https://lashomiliasdeluz.wordpress.com/

No comments: